Logo lms Le Mâle Saint Le côté obscur du mâle.

The Big Bang Theory, des geeks en série

Tbbt1
Aujourd’hui c’est au tour de The Big Bang Theory de passer à la casserole de la critique. D’abord, pour ceux qui ne connaissent pas, ce n’est pas une théorie (comme j’ai pu le croire lorsqu’un pote m’en a parlé pour la première fois). Non, loin de là, c’est une série américaine sur un thème connu : les geeks. Forcément pour pouvoir apprécier la série, il faut être dans le domaine ou du moins l’apprécier, sinon vous décrocherez vite, ou trouverez ça lourd, je vous laisse le choix. Dans quoi mettons-nous les pieds ? (merci Allociné.fr)
Leonard et Sheldon pourraient vous dire tout ce que vous voudriez savoir à propos de la physique quantique. Mais ils seraient bien incapables de vous expliquer quoi que ce soit sur la vie "réelle", le quotidien ou les relations humaines... Mais tout va changer avec l'arrivée de la superbe Penny, leur voisine. Ce petit bout de femme, scénariste à ses heures et serveuse pour le beurre, va devenir leur professeur de vie !

Maintenant, parlons un plus de la série en elle-même. Il y a cinq personnages principaux (même si au fil des saisons, deux nouvelles têtes font leurs apparitions).

“On pleure quand on est triste. Je pleure, car les autres sont stupides et ca me rend triste.”

Commençons par Sheldon, c’est sûrement le personnage qui donne ce petit (ÉNORME) plus à la série car il représente le geek à la perfection : une connaissance parfaite des sciences et de tout ce qu’il l’entoure. Gare à ceux qui oseront le contredire, puisqu’à ses yeux, personne n’est supérieur à lui (intellectuellement parlant évidemment) car pour ce qui est du personnage, il est mince et grand avec un rire que vous adopterez très vite (« HeuHeu », vous comprendrez) !

Passons à Léonard qui est le colocataire de Sheldon, lui aussi est un scientifique avec un goût prononcé par la technologie et les super héros. Il tend à être sociable et à choper comme tout bon mâle, mais ce n’est jamais sans mal (voyez le jeu de mot subtil, ou pas) mais je vous laisse regarder pour en savoir plus.

Leonard : « Pourquoi ne voudrait-elle pas faire l'amour avec moi? Je suis un mâle,c'est une femelle. » - Sheldon :« Ouais,mais pas de la même espèce. »

Après ces deux phénomènes, nous avons LE couple de la série. Bon, ce n’est pas exactement le cas. Disons que Raj et Howard ne se lâchent pas d’une semelle et se retrouvent tout le temps ensemble. Bien sûr, les nombreuses allusions faites sur le sujet en rajoute une couche. D’un côté, nous avons Raj. Pour résumer, c’est un astrophysicien indien débarqué aux Etats-Unis, geek également vous l’aurez compris. Son véritable problème ? Il ne peut pas parler à une fille si il n’a pas un verre d’alcool dans le sang ! Ah l’alcool et ses bienfaits (NON, je plaisante : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé). Et de l’autre côté, nous avons Howard qui, en plus d’être fan de Star War, est un fils à maman, un peu le Tanguy de nos jours (avec un complexe d’Œdipe non résolu en supplément). Ça ne l’empêche pourtant pas d’essayer de se faire passer pour un bourreau des cœurs (j’insiste sur le « essayer »).

"Femme, tu joues avec des forces qui dépassent ton QI."

Et pour finir, Penny (le meilleur pour la fin me direz-vous) est la seule fille de la série (pendant les trois premières saisons mais je ne vous spoile pas). Unique protagoniste féminin, certes, mais elle a son importance : c’est grâce à elle que l’on retrouve la nuance entre un geek et un « individu normal » - un pied à terre dans le commun des mortels, en d’autres termes. C’est évidemment elle qui est régulièrement rabaissée par Sheldon, mais il le fait avec tellement de finesse que l’on ne peut que lui pardonner.

Bon, je pense que vous l’aurez compris, je suis fan de cette série, peut-être de part mon côté geek, mais je vous la conseille, ça détend (et ça troll pas mal) !

Pour suivre le Mâle saint plus facilement, retrouvez-nous sur Facebook :)


Vous avez aimé ? Partagez cet article:



Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, soyez le premier !

Découvrir d'autres articles

Séries : Community, Suits & Homeland, nos découvertes de l'été

Glandage intempestif, mauvais temps et streaming (oups) ont été nos meilleurs amis durant ces loooongues semaines d'absence. Après moult recommandations et tergiversations dans l'Internet des amateurs de séries, on s'est finalement laissé tenter. Tâchons de mettre à profit les centaines d'heures que le Mâle saint a passé devant son écran d'ordinateur ou de télévision, assis con...