Logo lms Le Mâle Saint Le côté obscur du mâle.

UnReal, l'envers du décor de la télé-réalité

266448

Avec la série UnReal, on vous emmène dans les cruelles coulisses d’une émission de télé-réalité qui aide les femmes à trouver le grand amour. Entre fascination, auto-dérision et manipulation, c’est notre coup de coeur du moment !


Avant même sa sortie, UnReal avait déjà atterri dans notre (longue) liste des séries TV qui attendent d’être binge-watchés. Faut dire qu’à la lecture du pitch, nos sentiments étaient assez contradictoires :

- NO WAY - Mais au secours ! Une série sur la télé-réalité… Comme si notre temps de cerveau disponible n’était pas déjà assez sollicité par toutes les daubes télévisuelles qui passent en boucle à la télévision.
- TROP BIEN, on va enfin savoir comment sont tournés les émissions de dating, manipulations, nunuches et tutti quanti. Niark.

Parce que oui, regarder UnReal, c’est faire le grand saut dans la télé-réalité. Elle vous emmène dans les coulisses d’une émission de dating, “Everlasting” (le Bachelor façon USA), à travers les yeux de Rachel, une jeune productrice dont le job est de tirer les bonnes ficelles et de manipuler les candidat(e)s afin d’obtenir les rebondissements dramatiques nécessaires à la vitalité du programme.

187982

Ici, pas de zombies, pas de docteurs beaux gosses, pas de supers-héros. UnReal sort des sentiers battus : construite avec une bonne dose d’auto-dérision, elle dénonce avec humour l’univers cruel de la télé-réalité - qui est encore plus impitoyable que ce que l’on avait imaginé. La créatrice de la série, Sarah Gertrude Shapiro en a fait les frais quand elle a travaillé pendant trois ans pour The Bachelor (le vrai, cette fois-ci). En s’appuyant sur son histoire personnelle et en montrant l’envers du décor, elle frappe où ça fait mal et ça fait plaisir à voir !

La manipulation est de mise : tout au long de la saison, les candidates de l’émission sont à la merci de leurs producteurs et manipulées sans même s’en rendre compte. #facepalm. Oui, vous risquez de perdre foi en l’humanité mais on prend vite goût à ces petites magouilles et il est quasi impossible de s’arrêter une fois la saison commencée.

Rs 1024x759 160602112313 1024.unreal eason 2.ch.060216

Pour vous donner du baume au coeur, il y a les beaux yeux de Rachel, jouée par Shiri Appleby (Liz Parker dans Roswell), une productrice qui doit être prête à tout pour faire de l’audience. Même à faire perdurer son image de garce manipulatrice après avoir pété un plomb en direct sur le plateau de la saison précédente d’Everlasting - alors qu’au fond, on le sait tous, elle est fragile et attachante la petite.

Autre prestation à souligner, celle de la reine Quinn, qui est tout simplement excellente. Méprisante et directe, elle gagne des fortunes grâce à la bêtise humaine… Sauf que tout n’est pas rose, la misogynie du secteur est à vomir et les coups bas sont nombreux. Même si les candidates de l’émission sont loin d’être tendres entre elles, la perversité des rapports entre les différents membres du staff et leur hiérarchie est carrément malsaine. Tout le monde ment, tout le monde manipule tout le monde, on jubille rien qu’en pensant à la saison 2 qui nous attend bien au chaud !

Vous êtes un sérievore ? On a tout plein d'autres séries TV à se mettre sous la dent :)


Vous avez aimé ? Partagez cet article:


Commentez cet article


Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, soyez le premier !

Découvrir d'autres articles